PRESSE, UNE HISTOIRE DU WESTERN, WESTERN MOVIES

Une histoire du Western - 2 volumes écrits par Louis-Stéphane Ulysse





Les ouvrages anthologiques sur le western ont visiblement la cote. En 2015, les éditions Télémaque éditaient l’Encyclopédie du Western de Patrick Brion. Cet ouvrage avait également inclus dans un coffret avec 30 films édités en DVD par Sidonys Calista.
 
Carlotta films suit cette tendance avec deux volumes écrits par Louis-Stéphane Ulysse (édités par GM Editions) accompagnés de 12 westerns en DVD.
 
Chaque ouvrage est structuré en trois temps.
La principale partie décortique le sujet (cowboys, indiens) en une dizaine de chapitres).
Puis, une quarantaine de pages porte sur les films joints en DVD.
En épilogue, on trouve une bibliographie, les crédits photographiques et une rubrique « The Magnificent seven » avec une sélection de 7 films (seulement énumérés) en fonction de plusieurs thèmes (personnages historiques, faits historiques…).

Volume 1 : les cowboys



Le premier chapitre revient sur les origines du genre qui est intrinsèquement lié au début du cinéma avec les pellicules de Thomas Edison dans les années 1900. Les premiers films muets, avec des acteurs estimables mais méconnus aujourd’hui, Gilbert M. Anderson, William S. Hart et Tom Mix sont ensuite mis en évidence. L’auteur prend le soin d’évoquer les choix des producteurs et des acteurs et également de souligner les différences avec les faits historiques.
 
Dans le deuxième chapitre, le passage du muet au parlant occasionne des changements à Hollywood et le western est affaibli. La rencontre entre Raoul Walsh et John Wayne à l’occasion de La Piste des géants fait l’objet d’un développement.
 
Puis, l’auteur se focalise sur la collaboration entre John Wayne et John Ford et les principales œuvres du réalisateur (chapitre 3) et les coulisses de ses films. Les propos dévient sur des films d’autres genres
 
Dans le 4e chapitre, l’arrivée du petit écran est décrite avec le phénomène Lone Ranger. Seule une poignée de séries connues (Au nom de la loi, Rawhide, Gunsmoke) ont droit à plus de détail. L’occasion d’aborder la concurrence entre « networks » ou certaines séries moins connues, est manquée. Le chapitre perd trop de temps à expliquer les tenants et aboutissants de la télévision (valables pour tous les genres et pas seulement le western) et manque d’analyser l’influence du genre sur les séries TV. Le chapitre s’achève par deux courts portraits de Steve McQueen et de Charles Bronson.
 
Le 5e chapitre aborde les conséquences de l’irruption de la télévision sur l’industrie hollywoodienne. Les différents formats de photographie inventés au début des années 1950 sont relatés. Puis, l’auteur se concentre sur la collaboration entre Anthony Mann et James Stewart, puis le western « grand spectacle ».
 
La transition vers le western européen est abordée dans le 6e chapitre, qui est précédé d’un portrait de Sergio Leone. Le western européen est abordé d’abord avec les films Winnetou d’Horst Wendlandt puis les films de Sergio Leone.
(A noter que les westerns européens ne sont guère abordés dans ces deux volumes).
 
De retour au western américain (chapitre 7), l’auteur se concentre sur les œuvres de Sam Peckinpah et notamment Major Dundee. Puis, il se penche sur Clint Eastwood.
 
Après un court et incomplet portrait de Don Siegel, l’auteur conclut cette première partie par une réflexion sur la mort » du genre.
 
La deuxième partie porte sur les 6 westerns inclus en DVD. Chaque film a droit à deux à trois pages de textes et de photos. Il est question des difficultés pour mettre en chantier Alamo, du casting d’Il était une fois dans l’Ouest et de La Horde Sauvage et aussi de Forrest Carter, auteur du roman Josey Wales hors-la-loi, de la vrai vie de Tom Horn et de Charles Protis qui inspirera True Grit.
 

Ce premier ouvrage offre un panorama assez large du genre. La structure chronologie permet de bien percevoir l’évolution du genre. Alors que le premier chapitre a le mérite de revenir sur les acteurs (hélas méconnus) du muet, la période serial n’est pas vraiment abordée. De même, les séries B et leurs parties prenantes sont aux abonnés absents et les westerns européens sont « expédiés » en un chapitre.
 
L’auteur a fait le choix de se focaliser sur certains acteurs/réalisateurs/films au détriment d’autres. Les propos n’en demeurent pas moins pertinents pour un lecteur néophyte.
 
 

Volume 2 : les indiens



L’ouvrage débute par une synthèse du premier volume sur l’évolution du western au cinéma depuis ses débuts.

Au détour de plusieurs récits historiques de conflits entre indiens et blancs, le premier chapitre décrit la vision des indiens à la fin du XIXe siècle au cinéma puis l’œuvre de James Fenimore Cooper et ses adaptations. Le chapitre s’achève par un court portrait d’Edward Sheriff Curtis.

Dans le deuxième chapitre, l’auteur revient sur l’impact des « dime novels » et les westerns du début des années 1900 et pendant les années 1910 et 1920.

Le chapitre 3 s’étend sur l’évolution de l’indien dans les films de John Ford et le tournant que marque La Prisonnière du désert et les deux films pro-indiens de 1950 : La Porte du diable et La Flèche Brisée.

Le quatrième chapitre met à l’honneur le travail de Jay Silverheels comme cascadeur puis la place des indiens dans les séries télévisées et sur la série Aigle Noire avec Keith Larsen. Le chapitre s’achève par un court portrait d’Iron Eyes Cody.

Le cinquième chapitre se concentre sur les personnages féminins d’indiennes et le contexte du McCarthysme à Hollywood. Le chapitre s’achève sur les films Winnetou et sur Pierre Brice.

Dans le sixième chapitre, l’auteur analyse les principaux westerns indiens des années 1970 et l’incident de 1973 impliquant l’American Indian Movement puis la perturbation de la cérémonie des Oscars de la même année.

Le septième chapitre passe rapidement en revue les années 1980 et 1990 au cinéma et se termine par un portrait de Pocahontas.

Le 8e chapitre présente plusieurs lieux de tournage de films et l’acquisition de ranchs par certains studios hollywoodiens.
 
La deuxième partie porte sur les 6 westerns inclus en DVD. Chaque film a droit à deux à quatre pages de textes et de photos. L’auteur analyse le tournage de La Flèche BriséeLa Prisonnière du désert puis les faits historiques à l’origine de Soldat Bleu et l’accueil de Little Big Man. Il est aussi question de la genèse de Jeremiah Johnson et le duo Peckinpah-Eastwood qui laissa sa place à Sydney Pollack et Robert Redford puis l’écriture du scénario.
Enfin, l’ouvrage se termine par les conditions du tournage de Danse avec les doups.
 
 
Ce deuxième volume omet de mentionner certains western pro-indiens des années 1930 et notamment Massacre.

On regrettera que l’évolution du western durant les années 1930 à 1950 soit à peine mentionnée au profit de récits historiques. L’ouvrage donne l’impression de survoler l’œuvre hollywoodienne et se concentre plus sur les évènements historiques.
 

Compte tenu du nombre de pages, on ne pouvait guère s’attendre à des surprises ou à une analyse exhaustive du sujet au sein de ces deux volumes. Néanmoins, en restant focalisé sur les classiques, les propos ne brillent guère d’originalité et plusieurs passages ont tendance à digresser sur d’autres genres.
D’une part, les films inclus en DVD sont vraisemblablement un recyclage des disques existants que beaucoup de passionnés possèdent déjà (voire même qu’ils ont acquis en Blu-Ray).
Ces grands classiques, diffusés maintes fois à la télévision, sortis et ressortis en vidéo, auraient aisément pu être remplacés par des films moins connus mais tout aussi importants.

D’autre part, les deux thèmes choisis (cowboys, indiens) ont été abordés en long et en travers auparavant. Les protagonistes exposés (acteurs, réalisateurs) ont également fait couler beaucoup d’encre.

Ainsi, la vocation de ces deux coffrets est visiblement de toucher des lecteurs souhaitant découvrir le sujet. Les lecteurs plus avertis auront intérêt à se tourner vers d’autres ouvrages.
 
 

Contenu

Volume 1



Livre de 192 pages
DVD :
  • ALAMO de John Wayne (1960)
  • IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST de Sergio Leone (1968)
  • LA HORDE SAUVAGE de Sam Peckinpah (1969)
  • JOSEY WALES HORS-LA LOI de Clint Eastwood (1976)
  • TOM HORN, SA VÉRITABLE HISTOIRE de William Wiard (1980)
  • TRUE GRIT de Joel et Ethan Coen (2010)
Prix de vente : 70 €
 


Volume 2



Livre de 192 pages
DVD :
  • LA FLÈCHE BRISÉE de Delmer Daves (1950)
  • LA PRISONNIÈRE DU DÉSERT de John Ford (1956)
  • SOLDAT BLEU de Ralph Nelson (1970)
  • LITTLE BIG MAN d’Arthur Penn (1970)
  • JEREMIAH JOHNSON de Sydney Pollack (1972)
  • DANSE AVEC LES LOUPS de Kevin Costner (1990)
Prix de vente : 70 €
 
Parution le 15 mars 2018