Accéder au contenu principal

SOIREE LIBRAIRIE DE PARIS / BOOKALICIOUS



Reportage littéraire : Le Serpent à Plumes


Cette fois-ci ça se passait un jeudi ! Plus précisément : Jeudi 25 Juin à la librairie de Paris, 7 place de Clichy, s’est déroulé la rencontre avec la maison d’édition Serpent à Plumes. Matou, reporter rock et littéraire vous raconte, pour inaugurer cette petite session consacrée au Serpent à Plumes et à Louis-Stéphane Ulysse.
IMG_2016
Cette rencontre, c’est à la fois un rappel pour certains et une découverte pour d’autres. Le Serpent à Plumes, késako ? 
Revue littéraire fondée par Pierre Astier en 1988, elle devient maison d’édition en 1993. Suite à des difficultés financières, elle est rachetée par les éditions du Rocher, elles-mêmes rachetées par les éditions Privat (groupe Fabre) puis revendue aux éditions Desclée de Brouwer… Bon dans tout ça, Pierre Bisiou (ancien directeur de la collection Motifs du Serpent ) et Xavier Belrose ( ancien directeur commercial) se retrouvent et ont la bonté même la beauté de relancer la maison d’édition pour laquelle ils se sont investis au départ.
Et ça démarre sur les chapeaux de roues avec la sortie de quatre titres en avril et mai 2015 :
  • Sous l’aile du corbeau de Trevor Ferguson,
  • La végétarienne de Han Kang,
  • Le lutteur de My Seddik Rabbaj,
  • Médium les jours de pluie de Louis-Stéphane Ulysse.
IMG_2015


Point commun : les couvertures pimpantes du graphiste Rémi Pépin qui a «  tout de suite compris l’esprit de la maison ». Ne vous méprenez pas sur ce renouveau, la maison garde le même esprit et présente toujours un panel d’auteurs de cultures différentes, et tout ceci avec un esprit underground / contre-culture s’il-vous-plait.
Hey mais Louis Stéphane Ulysse, aka LSU est présent parlons-en !
En fouillant dans les anciens contrats, Pierre et Xavier ont retrouvé LSU, qui avait publié « Harold ». Après ces retrouvailles, LSU leur a envoyé un manuscrit auquel il travaillait depuis des années et le tour est joué. Résultat : un beau livre et une couverture d’un rouge pétant. C’est « Médium les Jours de Pluie » .
Pour l’histoire, il s’agit d’un personnage principal Schoulberg qui ne se reconnaît plus dans l’époque dans laquelle il vit. C’est après une tentative de suicide, qu’il décide de repartir de zéro en se passant pour un médium aux Etats Unis. Jusqu’au jour où il rentre en contact avec le chanteur décédé des Cramps Lux Interior (hé ouais …), démarre alors les péripéties d’un ménage à trois avec la femme du chanteur Poison Ivy.
Ça sonne loufoque peut-être mais ce livre c’est le retour d’une époque révolue et il nous amène à des réflexions sur le désir ( pour soi / en couple) et le rapport entre la chair / l’esprit (que reste-t-il lorsque l’on meurt ?).

IMG_2022


Allez surprise, on nous annonce une collection polar sous le nom de « serpent noir » pour 2016 !
Tout en suivant la logique de la maison, cette collection proposera des polars du réel. Le réel ce n’est pas toujours sexy, mais ces polars s’intègrent parfaitement dans la société et politique actuelle. La matière, elle, provient des faits d’hiver et ensuite la fiction prend le dessus. En exclu, les thèmes des deux sorties prévues en 2016 sont : un voyou attrapé la veille des élections présidentielles soudoyé par un des candidats à la présidence et l’histoire d’un voleur de truffe dans un village où les agriculteurs ont la gâchette facile…
Ce n’est pas fini, vous souhaitez (re)découvrir les anciens manuscrits de la maison ?  C’est possible grâce au numérique et la collaboration avec la maison d’éditions E-Fractions. Actuellement, vous pouvez retrouver plus de 23 titres de « e-plumes »  dont « Harold » de LSU.
Principe : vous achetez la « carte postale » du livre chez votre libraire préféré qui vous fournit un code. Rentrez ce code sur le site puis téléchargez le livre tant désiré en choisissant le format approprié. Même votre mamie y arrive, on l’a vue faire.
Entre les couvertures colorées, de la (bonne) littérature du monde, bientôt une collection de polar et des livres numériques, le renouveau du Serpent à Plumes s’annonce décoiffant.
Ça vous donne l’eau à la bouche ? C’est par ICI, chers Bookalikers : bonnes lectures !