NOTES / CORPORATE BROTHER : THIERRY THEOLIER


"Corporate prayer... Première... Dieu, faites que je ne réussisse pas et que je ne finisse pas dans GQ... Allah, fais que je ne réussisse pas et que je ne chie pas du Philippe Katerine... Hé, Bouddha, fais que je ne réussisse pas et que je ne trime pas à Canal plus... Raël, connard, fais que je ne réussisse pas et que je ne cachetonne pas dans Asterix... Hé, Krishna faites que je ne réussisse pas et que je n’écrive pas dans Libérafion... Oh Dieu, faites que je ne réussisse pas, Oh Krishna, Oh Bouddha, faites que je ne réussisse pas... Et que je reste fidèle a moi-même..."

Corporate Prayer
Thierry Théolier



" THTH  est ce genre de luciole atomique et velue qui irradie en survivant aux vibrations de son tunnel de métro, à digérer tout ce que les autres bouffent : Câbles, satellites et TNT... THTH est dans son noir, brillance créole lucide au milieu de la démoralizafion ambiante... Son "Corporate prayer" pourrait bien devenir la première marche, l’étincelle du refus de toute cette merde ; c’est un accord interne, quand on voit ce qu’on veut et qu’on ne veut plus de ce qu’on voit. C’est la mélodie organique qui donne de l’estomac au gamin maigrichon, quand il saute dans l’arène pour affronter les cornes de la désillusion... C’est une question de bravoure quand on est tout seul au milieu de la décharge et qu’on sait qu’il faudra tout reconstruire avec ce qu'on a, et rien d'autre ; le genre d'hymne qu’on aimerait bien avoir avec soi, en soi, quand on saute dans le car qui va vers les montagnes et qu’on sait qu’on reviendra pas. C’est pas du protest, on en est plus là, c’est le constat de tout ce qu’il faut laisser derrière soi pour aller ailleurs. Il y a une note invisible qui traverse et tisse les morceaux, les reliant les uns aux autres, une histoire d’amour à laquelle il ne croyait pas ou qu’il n’attendait pas ; trop sacrée pour être nommée. Corporate c’est l’histoire du désir de s’en sortir par l’intégrité, pas par l'intégrisme. On attend forcément la suite et les signes qui vont suivre, parce que c’est l’espoir que celui qui les envoie n’est pas une machine, une conjoncture ou un calcul merdique de plus, prise de pouvoir d’électro-sucker foireux, cynique, en posture/pseudo sur FB, mais bien un  humain qui envoie son code morse - trait-point-trait -, à balles traçantes pour éclairer nos faces irréelles dans la nuit."

Lien site label THTH et podcast : http://nukod.bandcamp.com/