TOUTES LES NOUVELLES DE MON QUARTIER INTERESSENT LE MONDE ENTIER / HUBERT G. SITE MULTIMANIA

En septembre 1997, les éditions de poche J’ai Lu – plutôt spécialisées dans la science-fiction – lançaient une nouvelle collection loin de leur catalogue habituel. Le vieux logo seventies de la maison allait en prendre un coup, avec cette nouvelle collection lancée par une jeune éditrice, Marion Mazauric. Au titre saisissant de « Nouvelle génération », six titres étaient publiés dès la première livraison : Michel Houellebecq, EXTENSION DU DOMAINE DE LA LUTTE (Maurice Nadeau, 1994), Virginie Despentes, LES CHIENNES SAVANTES (Florent Massot), Claire Frédric, KÉROSÈNE (Michalon, 1996), Eric Holder, L'HOMME DE CHEVET (Flammarion, 1995), Vincent Ravalec, VOL DE SUCETTES, RECEL DE BÂTONS (Flammarion) et Louis-Stéphane Ulysse, TOUTES LES NOUVELLES DE MON QUARTIER INTÉRESSENT LE MONDE ENTIER (Michalon, 1996).

Depuis, la collection s’est enrichie de nombreux auteurs et titres. Elle a surtout la qualité de faire la part belle aux premiers romans (11 titres sur 24 parus en mai 1999), et le tout à un prix tout à fait modique (entre 19 FF et 32 FF).
Mettre à la disposition d’un grand public des auteurs pas toujours connus, des titres rares, des textes pas forcément évident pour un éditeur de poche est chose rare pour ne pas être signalé. Les couvertures sont de surcroît souvent superbes, ce qui n’est pas pour gâcher le plaisir.

« Nouvelle génération » ne se présente pas comme une école, non. La diversité des titres et des auteurs retenus montre plutôt que la collection cherche à privilégier l’âge, le côté mode, plutôt qu’un courant littéraire x ou y. « Nouvelle génération » est une belle collection et l’une des plus passionnante à ce jour chez un éditeur de poche, car elle empreinte surtout et avant tout à la littérature qui se fait, sans faire privilégier les morts comme Folio ou les Best-sellers comme le Livre de Poche.

Cependant, son existence même pose de nombreuses questions. Tout d’abord, il est plus que dommageable que les auteurs qui s’y retrouvent soient éloignés de leur éditeur d’origine. Les noms des éditeurs qui ont découvert ces auteurs disparaissent presque complètement de l’ouvrage (on ne le trouve qu’en tout petit, sur la page de copyright, mais par exemple, absolument pas sur la quatrième de couverture ou dans la bibliographie de l’auteur). Cette façon de faire, quelque peu désagréable, masque, par un petit effet marketing, tout le travail de découverte et de prise de risques, qu’ont pris d’autres éditeurs et que J’ai Lu récupère. Ainsi, dans la liste des titres du même auteur on retrouve ces mêmes romans affublés du nom d’éditeur « J’ai Lu », à la place de celui de l’édition originale. Génant ! Oui gênant, car par ce petit principe anodin, J’ai Lu récupère seul l’honneur de l’édition auprès d’un public qui n’est pas toujours averti d’ailleurs de l’existence de livres dans un autre format qu’en format de poche.

Rageant également pour les éditeurs d’origine : le succès de ces livres. Claire Frédric ou Louis-Stéphane Ulysse, qui n’ont pas vendu 1 000 exemplaires dans la première édition, dépassent ici des ventes de plus de 12 000 exemplaires. Bien sûr, cela est tout au bénéfice de l’auteur, qui gagne là un nouveau public – sans compter que la modicité du prix a un impact et que la force de vente de J’ai Lu, épaulée par le groupe Flammarion, diffuseur-distributeur, n’est pas pour rien dans ses tirages et ses ventes.
On se posera tout de même la question sur le fait que certains des manuscrits publiés ici ont, dans un premier temps, étés refusés par le comité de lecture de Flammarion, qui s’offre là, les petits succès ou les auteurs qui bougent pour un moindre prix, en bénéficiant de la couverture médiatique qu’ont déjà reçu la plupart de ces auteurs. Embêtant, décidément.

Cependant, « Nouvelle génération » est aussi un formidable moyen pour donner une seconde vie à des premiers romans. Et cela permet de revenir aussi sur un livre qui n’aurait pas trouvé son public, malgré ses qualités. C’est là une réelle promesse, pleine d’optimiste, pour autant que sa directrice et son éditeur continuent à être audacieux et même le deviennent un peu plus.

Au catalogue :

Mehdi Belhaj Kacem, Cancer, Tristram, 1994; J'ai Lu, 1999, [premier roman].
Arnaud Cathrine, les Yeux secs, Verticales, 1998; J'ai Lu, 1999, [premier roman].
Virginie Despentes, les Chiennes savantes, Florent-Massot; J’ai Lu, 1997, 27 FF.
Eric Faye, Parij, le Serpent à plumes, 1998; J'ai Lu, 1999.
Emmanuel Fille, Arthur, la balade du perdu, Florent-Massot; J’ai Lu, 1998, 27 FF, [premier roman].
Claire Frédric, Kérosène, Michalon, 1996 ; J’ai Lu, 1997, 19 FF.
Claire Frédric, la Môme; J’ai Lu, 1998, 27 FF, [premier roman].
Iegor Gran, Ipso facto, POL, 1997; J'ai Lu, 1999, [premier roman].
Eric Holder, l’Homme de chevet, Flammarion, 1995; J’ai Lu, 1997, 19 FF.
Eric Holder, Mademoisselle Chambon; J’ai Lu, 1998, 19 FF.
Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, Maurice Nadeau, 1994 ; J’ai Lu, 1997, 19 FF, [premier roman].
Jean-Claude Izzo, les Marins perdus; J’ai Lu, 1998, 32 FF.
Philippe Jaenada, le Chameau sauvage, prix de Flore 1997, Julliard, 1997 ; J’ai Lu, 1998, 36 FF, [premier roman].
Pascal Licari, Grande Couronne, POL, 1995 et 1997; J'ai Lu, 1999, [premier roman].
Lorette Nobécourt, la Démangeaison, les Belles Lettres, 1994 ; J’ai Lu, 1998, 19 FF, [premier roman].
Daniel Picouly, la Lumière des fous; J’ai Lu, 1998, 32 FF.
Vincent Ravalec, Vol de sucettes, recel de bâtons; J’ai Lu, 1997, 32 FF.
Vincent Ravalec, la Vie moderne; J’ai Lu, 1998, 27 FF.
Vincent Ravalec, Nostalgie de la magie noire; J'ai Lu, 1999.
Ann Scott, Asphyxie; J’ai Lu, 1998, 27 FF.
Valérie Tong Cuong, Big, éditions Nil, 1997; J’ai Lu, 1998, 27 FF [premier roman]
Louis-Stéphane Ulysse, Toutes les nouvelles de mon quartier intéressent le monde entier, Michalon; J’ai Lu, 1997, 19 FF.
Louis-Stéphane Ulysse, la Mission des flammes; J’ai Lu, 1998, 19 FF, [premier roman].
Luc Ziegler, Damnation, Belfond, 1995 ; J’ai Lu, 1998, 19 FF.

© hubert g. [ 23.05.99 ]

Source : http://membres.multimania.fr/unroman/text/jailu.htm