NOTES / QUESTION MARK AND THE MYSTERIANS

Today, de grandes questions : 11.000 visiteurs sur le Popablog, http://www.popablog.blogspot.com/ ,
est-ce que ça veut dire vraiment quelque chose ? ... Focuswriter le logiciel que je commence à utiliser pour le texte sur Poison Ivy est-il perfectible ? http://gottcode.org/focuswriter/ Dois-je mettre les mains dans son code source pour y bricoler des fonctionnalités qui me distrairaient et m'empêcheraient donc d'écrire plus vite ?

Me rend compte, certes un peu tardivement, que j'ai souvent besoin d'une opposition, voire d'un conflit, pour me lancer dans l'écriture d'un nouveau texte, comme s'il fallait absolument que la situation devienne "sans filet", désespérée, pour que je m'isole et parvienne enfin à me concentrer... Souvent remarqué que les périodes de rupture, de séparation, m'aidaient à booster pour écrire... Sale truc sans doute, je ne sais pas... Doute aussi sur le post précédent sur les séries télé...

Ok, je pense avoir raison sur ce qui a conduit à cette situation, à savoir le passage à "l'âge adulte" des séries, et l'impression de sa modernité, par rapport au "classique" de la narration ciné... Me demande s'il n'y a pas quelque chose de plus profond, en dehors de toute considération sur des enjeux économiques, sur la "déstructuration" d'un récit... Et dans ce cas est-ce que cela à une influence, ou non, sur ma façon d'écrire ce roman... "Oui" et "non", comme d'hab...

La réponse n'est pas vraiment dans ma tête mais dans le résultat, ou simplement dans le fait même d'être en train d'écrire mon roman... Initialement, j'aurais aimé que tout se passe pour moi comme un match de foot, quant j'étais gamin, un match sans la lourdeur des chaussures à crampons, que je ne supportais pas, à jouer sur l'aile ou libéro, et à m'ennivrer de deux trois mouvements avant de renvoyer le ballon...

L'école où j'allais n'avais pas de terrain de foot, donc à cette époque de l'année, on allait jouer dans le bois de Boulogne, sur des terrains improvisés, avec des arbres un peu partout sur notre aire de jeux qui, pour le coup prenait des proportions abérantes ... Certains buts d'anthologie furent marqués grâce au rebond contre un Cèdre ou énorme Pin... Bien sûr, la partie s'arrêtait alors pour des palabres sans fin, à défaut de pouvoir donner un carton rouge à l'arbre fautif... Notre prof de gym s'en mêlait, toujours dans le même survêt vert, parfois à bout d'arguments face à des équipes au nombre improbable (je ne crois pas que nous ayons joué une fois à onze contre onze) ... On devait parfois courir 200 mts avant d'arriver au but adverse... Voila, déjà à l'époque c'était compliqué...