HAROLD / FONDU AU NOIR

"Fondu au noir" est une association qui participe au festival "Mauves en noir", on peut voir leur site en suivant ce lien : http://www.mauvesennoir.com/index.php?lng=fr ... 

Je ne fais pour ainsi dire jamais de signatures et de festivals, non par coquetterie mais simplement parce que je m'y sens particulièrement mal à l'aise, et que je n'ai jamais aimé le rapport induit entre l'écrivain, "ses" lecteurs, la place de l'auteur derrière sa table... Pour moi, ça ne ressemble pas à l'image que je me fais de l'écriture, son secret... 

Je me souviens de cette phrase que me disait Andréas Voutsinas lorsque je travaillais sur son livre d'entretiens... L'histoire du parfum, de son flacon, du flacon que l'on ouvre et qui, de fait, s'évapore peu à peu... 

Les écrivains qui m'ont le plus intrigué, fasciné, quand j'étais plus jeune, se baladaient souvent avec une seule et unique photo en quatrième de couverture, et d'autres, je ne sais même pas à quoi ils pouvaient ressembler, et pas vraiment envie de le savoir... Peut-être pour ça aussi, que mon médium favori est la radio... 

Pour moi, un livre c'est avant tout autre considération une voix qui s'invite et passe dans ma tête, mes meilleurs souvenirs de lecture ressemblent à ça... 

Cette mode, cette volonté, de poser l'auteur, comme on pourrait le faire d'une rock star, sur une image très définie ne me convient pas... Quant aux signatures, le simple fait de devoir rester assis derrière une table avec sa pile, c'est une image qui me glace... 

Lors des quelques salons du livre auxquels j'ai pu participer, la seule envie, au bout de cinq minutes, était d'aller voir, découvrir les livres des autres, être au milieu des gens, qu'ils écrivent ou pas, à partager et échanger, envie de rire... Gamin, on disait de moi, que je pouvais faire n'importe quoi pour pouvoir rire... ça n'a pas beaucoup changé.

Je garde un très bon souvenir d'une signature à la librairie Ciné-Reflet... http://cinereflet.com/... Vraiment sympa, pas courant, non plus, au coeur de Paris, à deux pas de l'Odéon, un lieu magique avec plein de livres dédiés au cinéma.

Les personnes présentes étaient toutes très classe, bienveillantes, à la bonne place... bien quoi...

Pour en revenir à "Fondu au noir", qui induit aussi une façon élégante de terminer une séquence, j'ai eu un peu de regrets, parce que les photos des autres années, laissent voir une ambiance plutôt chaleureuse et "bon esprit"... Mais, bon, voila : Scénario, roman, vie... Warhol disait que la vie était tout un travail...