HAROLD / LIBRAIRIE PAGES D'ECRITURE

LIBRAIRIE PAGES D'ECRITURE
23 RUE DU MARCHE 87500 SAINT-YRIEIX
TEL : 05.55.00.66.96




CHRONIQUES RADIO KAOLIN BLOGS JEUNESSE BLOGS AUTEURS BLOGS ET SITES ÉDITEURS
Dimanche 5 décembre 2010
Harold
Californie, 1961. Chase Lindsey vit dans une ferme près de Waldon, dans laquelle il élève des oiseaux, « dans une région incertaine, hésitant entre la fin des montagnes du Nevada, à l’est, et les forêts californiennes à l’ouest. » Il mène une vie de reclus, ses journées rythmées par les soins apportés aux oiseaux et par les différentes réparations à effectuer dans la ferme.
Le bel ordonnancement de son élevage va être bouleversé par l’arrivée d’un oiseau blessé, un corbeau étrange qui porte une bague à la patte sur laquelle figure son nom : "Harold". Impossible de savoir d’où vient cet oiseau, mais Chase s’aperçoit très vite qu’il n’est pas comme les autres corbeaux qu’il a pu dresser : Harold semble doté d’une intelligence exceptionnelle, mais il est aussi un oiseau dangereux, capable de tuer son rival pour rester le maître de la volière de Chase.
Contacté par un autre éleveur, Chase est invité à participer, en 1962, au tournage du dernier film d’Hitchcock à Hollywood : « Les oiseaux ». Conscient que l’argent ainsi récolté lui sera utile pour continuer à faire marcher son élevage, Chase va néanmoins se retrouver dans un univers étrange où les acteurs, réalisateurs et producteurs côtoient les plus redoutables mafieux de l’époque. Entre fascination pour le monde du cinéma, admiration pour l’actrice principale du film Tippi Hedren et soirées où drogue, alcool et argent se mélangent, Chase va se laisser emporter par ce milieu et se retrouver pris au piège des magouilles mafieuses qui le dépassent.
Au-dessus de tous ces personnages, Harold observe. Et surtout, Harold est hypnotisé par Tippi Hedren, se pose gentiment sur son épaule pendant le tournage du film et reste près de sa maison, faisant fuir les intrus à coups de bec mortels.
Etrange mais néammoins intéressant point de départ pour une histoire qui plonge le lecteur dans le milieu du cinéma hollywoodien, à une époque où la ligne de démarcation entre les industriels du cinéma et les patrons de la pègre est bien mince. D’une écriture précise, vive, Louis-Stéphane Ulysse nous entraîne avec bonheur sur les plateaux de cinéma, nous fait voir l’envers du décor et le caractère assez épouvantable d’un Alfred Hitchcock littéralement obsédé par son actrice principale. Malgré une réserve sur la fin (les derniers chapitres) qui m’a paru un peu surprenante, « Harold » est un moment de lecture que j'ai beaucoup apprécié, qui oscille entre roman sur le cinéma et roman noir.
« La vérité, c’est que Chase se sentit soudainement comme un gamin face à l’imposante stature. Le jeune fermier hésitait entre le respect et l’envie de rire devant les manières presque enfantines d’Hitch. Un bouddha sacré qui n’aurait pas supporté la moindre contrariété, surtout si elle provenait d’un autre homme. »

"Harold" Louis-Stéphane Ulysse (Serpent à Plumes, 19€)

Par Catherine Demontpion Ecrire de jolies lettres
Publié dans : littérature étrangère
Précédent : Nouveautés en poche : polars


Source : http://pagesecriture.over-blog.com/article-harold-62038092.html