HAROLD / SITE "ECRAN NOIR. FR"



Novembre 2010

ROMANS DE LA RENTREE LITTERAIRE 2010
DE L'ECRAN À L'ECRITDolce Vita 1959-1979 (Stock), Simonetta Greggio
Harold (Le serpent à plumes), Louis-Stéphane Ulysse
On ne peut plus dormir tranquille quand on a une fois ouvert les yeux (P.O.L.), Robert Bober
Les sentiments (Flammarion), Agnès Michaux

Quatre livres en cet automne ont puisé leur inspiration dans le cinéma. Etrangement, il sagit du cinéma du début des années 60, dans les quatre cas, et de films devenus classiques ou cultes avec le temps.
Quatre romans très différents dans leur style et dans leur mission : chaque récit nous emmène dans une histoire qui n’a rien à voir avec la simple évocation d’un tournage de film.

Ainsi Simonetta Greggio nous immerge dans l’âge d’or du cinéma romain et des débuts du terrorisme pour nous raconter les causes du déclin italien avec La dolce Vita de Federico Fellini. Robert Bober a préféré les décors de Jules et Jim de François Truffaut dans "On ne peut plus dormir tranquille quand on a une fois ouvert les yeux" (P.O.L.) pour raviver les souvenirs d’une famille du Marais. Avec "Harold" (Le serpent à plumes), Louis-Stéphane Ulysse nous fait vivre le tournage du film Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock et nous entraine dans un polar noir comme un corbeau. Enfin, Agnès Michaux préfère raconter la passion entre Marilyn Monroe et Yves Montand dans "Les sentiments" (Flammarion), à l’époque du film Le Milliardaire.
Simonetta Greggio a choisi le chef d’œuvre de Federico Fellini, La dolce Vita pour son livre Dolce Vita 1959-1979(Stock). Nous sommes dans la splendeur de Rome, à la fin des années 50. C’est l’âge d’or du cinéma italien. Le temps de toutes les folies, du mythe du Latin Lover, d’une effervescence créative stimulante. La dolce vitafait scandale dans un pays dirigé par le Vatican, l’Eglise et des politiciens soucieux de l’image de l’Italie. Car c’est bien de l’Italie, à travers son film le plus emblématique, que Greggio parle. Si Fellini ouvre la voix à une liberté et une gloire culturelle qui met fin à l’après guerre, dans le même temps, le terrorisme va commencer à ravager la péninsule.
Ainsi le roman entremêle la lumière des plateaux de cinémas, le glamour de ses coulisses, et la gangrène politique qui commence à ronger le pays. Les deux contextes sont reliés par deux hommes, le prince Malo, symbole d’une aristocratie décadante qui a bien profité de sa beauté et en a séduit plus d’une, et son confesseur, le prêtre Saverio.
Nous faisant faire des allers retours dans le temps, le livre est on ne peut plus romanesque, avec ses passions, ses meurtres (Aldo Moro, Pasolini), ses complots et l’ombre écrasante du Vatican. Cette intelligence littéraire démonte l’engrenage terrible qui a conduit l’Italie à son déclin culturel et politique, jusqu’à concevoir une créature symptomatique de cette destruction : Silvio Berlusconi.

Louis Stéphane Ulysse a préfére prendre le tournage des Oiseaux d’Alfred Hitchcock. Harold, c’est le titre du roman, mais aussi le nom d’un corbeau arrivé chez Chase, un dresseur d’oiseaux, qui sera en charge des volatiles sur les plateaux. Harold, bête sauvage et intelligente, va tomber amoureux de l’actrice principale Tippi Hedren, actrice indomptable, qui va en faire son confident. C’est une Amérique poisseuse des années 60 qui est décrite, celles où les spotlights ne sont jamais loin des bas fonds. On est comme dans un polar, dans une Amérique plus noire que paillettes. C’est rythmé, dynamique, presque des chroniques du nord de San fFancisco. Ellroy n’est pas loin, même si l’ambition est moindre et surtout on prend un palisir pervers à imaginer Hitchock incapable de dompter son actrice, tout en la martyrisant.
Les deux autres livres sont littérairement moins intéressants. On ne peut plus dormir tranquille quand on a une fois ouvert les yeux de Robert Bober est un bel hommage au cinéma, décrivant en détail le tournage de Jules et Jim à travers les yeux d’un figurant. Comme Truffaut il déclare sa flamme à un Paris contrasté et populaire, tout comme au 7e art, avec de multiples allusions aux Marx Brothers. Il donne aussi une belle leçon de la différence entre le matériau d’origine, un roman, et son adaptation au cinéma. Truffaut est ainsi grandit par son talent à raconter une autre histoire que celle qu’il a lue. Ce n’est pas le cas de Bober qui ne parvient pas à doser le juste équilibre entre cette envie de cinoche et l’autre récit, familial et intime. Le basculement de l’un à l’autre ennuie. La chronique d’un enfant du Marais n’a rien d’intriguant. On se dit, en effet, qu’aller dans une salle obscure est plus passionnant que de vivre une vie aussi dénuée d’intérêt.
Dans Les sentiments d’Agnès Micheaux, on est en plein vaudeville, voire de soap opéra où les protagonistes s’appellent Marilyn Monroe (énième livre avec la star), Yves Montand, Simone Signoret, Arthur Miller et même Marcello Mastroianni. Les deux premiers tournent avec George Cukor dans Le Milliardaire, tournage cauchemardesque et périlleux. Monroe craque pour Montand qui trompe Simone, qui va avoir son Oscar. Entre psychanalyse de bas étage et roman feuilleton sans photos, le livre, très fleur bleue, un peu à l’eau de rose, n’est qu’une suite de faits déjà connus et d’interprétations qui ne volent pas au dessus d’un Marc Lévy. Tout ce sentimentalisme noie l’éventuelle dramatisation que l’écrivaine tente de distiller, en vain.
Le moins bon film des quatre inspire le livre le plus raté. 
- aristo-fan