HAROLD / NAOLOU / SITE "LES CHRONIQUES DE L'IMAGINAIRE"

Harold
Ulysse, Louis-Stéphane
Edition : Le Serpent à Plumes 2010, 341 pages ISBN : 978-2-268-06978-4 19

Californie, 1961. Chase, dresseur d'oiseaux, recueille un corbeau blessé portant le nom d'Harold. L'animal est intelligent, comme tous ses congénères - presque trop dans son cas. Son comportement possessif, calculateur et agressif inquiète le dresseur, qui ne peut pourtant s'empêcher de s'y attacher. Un an plus tard, Chase et Harold travaillent de concert pour Alfred Hitchcock sur le tournage du film Les oiseaux. Le dresseur et l'oiseau développent une passion malsaine pour Tippi Hedren, le rôle principal féminin du film...
C'est un livre bien étrange que celui-là : roman noir, mais pas seulement, il fait se dérouler sous les yeux du lecteur la chronique de toute une époque, celle des années soixante à Holywood. Si le travail de documentation de l'auteur est remarquable, un lecteur novice sur ce sujet pourra être dérouté par les nombreuses digressions qui viennent interrompre la trame principale, d'autant qu'elles ne semblent pas avoir toujours grand rapport avec elle. Quelle drôle de trame principale, d'ailleurs ! Les chapitres défilent sans que l'on comprenne où Louis-Stéphane Ulysse désire nous mener... Harold apparaît et disparaît au grè des pages, comme une ombre tantôt protectrice, tantôt menaçante, tandis qu'au sol, les personnages évoluent inexorablement vers leur tragique destin. L'auteur mêle fiction et réalité, personnages et personnes réelles, ce qui accentuent encore le trouble que l'on ressent à la lecture.
J'avoue volontiers avoir été déroutée, voire complètement perdue, pendant une partie de cette lecture. Néanmoins l'auteur est parvenu à se réapproprier mon attention chaque fois que je me perdais, même si je suis bien incapable d'expliquer comment, et pourquoi. Peut-être est-ce dû à l'ambiance sombre, à la menace permanente qu'Harold fait planer sur nos têtes ? Ou bien est-ce parce que j'apprécie beaucoup le film dérangeant d'Hitchock dont il est constamment question entre ces pages ?
Toujours est-il que je garderai une bonne impression de ce surprenant et inclassable livre, de la plume efficace et envoûtante de son auteur, et de l'ambiance trouble qu'il parvient à rendre avec talent. A vous de vous faire votre propre opinion.
Ecrite par Naolou, le 20 Septembre 2010 à 17:09 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique

source : http://climaginaire.joueb.com/news/harold