HAROLD / SITE "CIT@ZINE"


Harold
vendredi 1 oct. 2010 | 09:00 | Blog-o-Book
Partager :
De Louis-Stéphane Ulysse, éditions Le Serpent à Plumes.
RÉSUMÉ : Nous sommes aux Etats-Unis en septembre 1961. Chase Lindsey, un éleveur d’oiseaux, recueille un corbeau blessé qui porte une bague argentée à la patte. L’oiseau s’appelle Harold. Ray Berwick, le dresseur de Hollywood, cherche des oiseaux pour un film en préparation, « Les Oiseaux » d’Hitchcock. Chase s’y rend avec ses volatiles. Lui et Harold sont fascinés par Tippi Hedren. Mais Harold est dangereux... et Tippi, en déroute.
Voici le point de départ d’une histoire hors du commun : l’histoire d’amour de Harold le corbeau et de Tippi Hedren. Le fil rouge qui permet à Louis-Stéphane Ulysse de dérouler, avec des personnages ayant existé pour la plupart, une histoire à suspens admirablement construite. Autour de l’étrange relation du corbeau avec l’actrice, se trame un écheveau d’enlèvements, chantages, manipulation, poursuites et trafics en tous genres.
Le lecteur immergé à Hollywood, suit avec plaisir Hitchcock, bien sûr, et ses rapports ambigus avec son actrice, Gianelli, un preneur son, Lew Wasserman agent influent à Universal, Eva Saint-Cyr, la doublure de Tippi, égérie et starlette à la petite semaine, Sydney Korshack, avocat mafieux, Richard "Iceman" Kulkinsky, tueur qui gravite autour de l’affaire de l’assassinat de Kennedy...
Cinq blogueurs donnent leur avis :Brize : « Harold », roman pas ordinaire, m’a permis de découvrir un auteur que je ne connaissais pas et que je ne risque pas d’oublier : servi par une plume d’une qualité indéniable, il illustre à sa manière, troublante, une certaine période des Etats-Unis, où le glamour hollywoodien n’était qu’un trompe-l’oeil. »
Folfaerie : « C’est un polar mais qui déborde un peu de son genre. Car c’est aussi l’histoire d’une déchéance (qu’elle est dure et poignante la descente aux enfers de Chase...) et la chronique d’une
époque enfuie, sordide et néanmoins fascinante. Bref, une excellente surprise, un très bon roman que je recommande vivement, que l’on soit amateur de polar ou non. »
Nahe : « J’ai beaucoup apprécié ce livre : l’écriture est efficace, énergique et l’atmosphère sombre d’Hollywood est y magistralement rendue. J’ai pris plaisir à suivre le destin d’Harold, même si, a priori, l’idée me semblait un peu étrange. Mais justement, le terme "étrange" cadre bien avec cet ouvrage : personnages fascinants et angoissants, situations tendues et dramatiques, etc. »
Patacaisse : « Je n’aime pas les livres noirs habituellement mais j’ai beaucoup apprécié celui-ci car l’histoire est palpitante. L’environnement du cinéma est très intéressant. Harold laisse planer le mystère : est-ce un bénéfice ou un cauchemar de le connaître ? »
Vhs : « Très vite je me suis lassée. Le nombre important de personnages secondaires -qui apparemment sont des célébrités locales (je ne connais pas très bien le coin de LA, encore moins celui des 60’s)-, les digressions qui m’ont parues plaquées trop artificiellement dans le récit et dont je ne vois pas la pertinence autre que celle de prouver que des recherches ont été effectuées sur le sujet. »