LA FONDATION POPA / STEPHANE BERTHOMET / LE MAGAZINE DES LIVRES

L’extraordinaire monsieur Popa.

« La Fondation Popa » Louis-Stéphane Ulysse - Editions Panama

La surprise vient parfois d’où on ne l’attend pas. Louis Stéphane Ulysse, est un auteur à géométrie variable, puisqu’entre deux romans, il écrit pour le cinéma ou crée des contes pour enfants à la radio. L’homme aime désorienter son monde. Avec son dernier roman « La Fondation Popa » c’est à nouveau chose faite, puisqu’il s’invente un style nouveau, une écriture fraiche, renouvelée, et très différente de ce qu’il avait écrit à ses débuts comme « Soleil sale » ou « La mission des flammes », des romans sombres à l’écriture rugueuse et violente. C’est avec un style élégant, que L-S. Ulysse joue en épaisseur et en profondeur dans son récit, et nous donne toute la mesure de son talent. Ce septième ouvrage emprunt d’une grande poésie, s’attache avec talent à décrire la psychologie de ses personnages, parfois très surréalistes, puisqu’on y croise, pèle mêle au détour des pages, madame Pompidou, Karl Lagerfeld, Buddy Holly, ou encore Charles Trenet. Au milieu de ce petit monde extraordinaire, Metzler Popa, le héros du roman, est un homme qui a perdu la mémoire et ne sait plus qui il est, ni même à quoi il sert. « Lorsque j’étais petit garçon, ma mère disait souvent qu’un homme devenait heureux à partir du moment où il perdait conscience de ce qu’il était. En ce sens, Metzler Popa peut aujourd’hui se considérer comme un homme parfaitement heureux puisqu’il ne se souvient strictement plus de rien ».Entre poésie et surréalisme, la « Fondation Popa » entraîne le lecteur dans un univers surprenant et émouvant, et le pousse à s’interroger sur la place et l’importance de l’art dans la vie, et sur la nature parfois absurde de la notion de création.

Stéphane Berthomet.