BLOG, UNE HISTOIRE DU WESTERN, HERVE AUBERT, CINE-SERIES



Parcourir l’histoire du western en deux beaux livres thématiques et une sélection de douze films, voilà le pari relevé par les éditions GM et Carlotta. Et le résultat est aussi beau que passionnant.

Au moment de la sortie du film Hostiles, il est temps de prendre un peu de recul sur un genre qui donna de nombreux chefs d’œuvre mais se retrouve mis à l’écart depuis quelques décennies. Les deux beaux livres nous proposent donc un tour d’horizon de l’histoire du western en prenant deux points de vue non pas opposés mais complémentaires : Les Cowboys et Les Indiens. L’écrivain et scénariste Louis-Stéphane Ulysse nous plonge donc dans cet univers qui a marqué fortement l’imaginaire collectif non seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier : il suffit de voir l’influence du western dans les films de Kurosawa comme Yojimbo pour s’en rendre compte.

Le livre consacré aux cowboys aborde son thème selon un ordre chronologique. Divisé en 9 chapitres, il nous présente d’abord le western à l’ère du muet avant d’avancer ainsi progressivement jusqu’à nos jours. Et surtout, il ne se cloisonne pas aux films américains : il aborde aussi les séries (Au Nom de la loi, Rawhide), puis l’internationalisation du genre avec « Ces cowboys venus d’ailleurs ». Il s’intéresse aussi bien aux westerns classiques (un chapitre entier est consacré à John Ford) qu’au renouveau du genre qui est arrivé avec des cinéastes comme Don Siegel, Sam Peckinpah ou, bien entendu, Clint Eastwood.

Ces chapitres sont entrecoupés par ce que Louis-Stéphane Ulysse appelle « des gros plans », c’est-à-dire des portraits de personnages marquants dans l’univers du western : l’incontournable John Wayne, Steve McQueen, Charles Bronson, Sergio Leone…


Le livre consacré aux Indiens adopte plutôt un classement thématique. Cela permet d’abord de balayer une idée reçue : l’Indien n’a pas toujours été considéré comme le méchant sauvage barbare et cruel. Au contraire, les premiers films nous montrent des Indiens nobles et dignes, bien supérieurs à des Blancs qui ne sont intéressés que par l’appât du gain (que ce soit en or ou en peaux de bisons). C’est en arrivant au parlant que l’Indien devient barbare et que le héros se fait tueur de Peaux-Rouges. Cependant, dès l’époque classique des années 50, reviennent les westerns pro-Indiens comme La Flèche Brisée. Le dernier western réalisé par John Ford lui-même (Les Cheyennes) sera un plaidoyer favorables aux Indiens dans leur lutte contre l’enfermement dans des réserves loin de leurs terres natales.


C’est avec la génération des cinéastes arrivés dans les années 60 et 70 que le changement de point de vue sera le plus radical. L’exemple marquant sera, bien entendu, Little Big Man, d’Arthur Penn. Le cowboy prend alors ses allures de tueur sanguinaire et l’Indien devient la victime d’un massacre de masse. L’homme blanc est faible et compense cette faiblesse par de la violence excessive. L’image du Vietnam n’est pas loin.

Ce second livre est entrecoupé de paragraphes intitulés « Inserts » qui sont soit des portrait d’Indiens ayant marqué l’imaginaire (dont Pocahontas) soit des résumés d’épisodes importants (La Longue Marche).

Les deux livres sont agrémentés de 130 photos chacun.

Lorsque l’on se propose de dresser une histoire du western et que l’on décide, à ce titre, de sélectionner douze films, le choix est forcément subjectif et donc chacun trouvera à y redire, ayant préféré tel long métrage à tel autre. Mais il faut quand même se rendre à l’évidence : les choix qui ont été faits sont logiques.

Dans le coffret consacré aux Cowboys, nous pouvons ainsi plusieurs facettes du personnage, depuis le héros qui sacrifie sa vie pour le bien de la nation (Alamo) jusqu’aux criminels ultra-violents (La Horde Sauvage) en passant par le mystérieux inconnu venu de nulle part qui peuple les westerns spaghettis (Il était une fois dans l’ouest). Côté acteurs, on retrouvera les incontournables comédiens des cinquante dernières années : John Wayne, Steve McQueen, Clint Eastwood, Ernest Borgnine, William Holden, Richard Widmark, Charles Bronson face à Henry Fonda, et même, pour le film le plus récent, Jeff bridges et Matt Damon dans True Grit, des frères Coen.

Il est intéressant de noter que le film Alamo, de John Wayne (et John Ford, même si celui-ci n’est pas crédité), est présenté ici dans sa trop rare version intégrale de 3h20 (et non la version que l’on a l’habitude de voir en France, et qui faisait 2h40), une version plus belle et émouvante encore.


A l’inverse, on pourrait regretter que la version de Danse avec les loups présente dans le coffret consacré aux Indiens soit la version courte de 3 heures, et non la sublime version intégrale qui fait 45 minutes de plus. Ceci dit, les six films présentés dans ce coffret sont de très haute tenue également et nous y trouvons, aux côtés de Kevin Costner, des réalisateurs incontournables comme John Ford, Arthur Penn ou Sydney Pollack et des acteurs comme James Stewart, Dustin Hoffman ou Robert Redford.

Chaque film fait l’objet d’une présente de deux à trois pages dans le livre.

L’ensemble constitue deux très beaux coffrets et offre un aperçu passionnant sur un genre culte, tout en se permettant de découvrir ou redécouvrir des classiques absolus du western.

UNE HISTOIRE DU WESTERN EN DEUX VOLUMES & 12 FILMS INCONTOURNABLES
LE WESTERN, LE VRAI. WANTED !

Contenu du coffret Les Cowboys :
Livre de 192 pages, incluant plus de 130 photos
6 DVD :
Alamo, de John Wayne (1960, 203 minutes)
Il était une fois dans l’Ouest, de Sergio Leone (1968, 168 minutes)
La Horde sauvage, de Sam Peckinpah (1969, 145 minutes)
Josey Wales hors-la-loi, de Clint Eastwood (1976, 135 minutes)
Tom Horn, sa véritable histoire, de William Wiard (1980, 98 minutes)
True Grit, de Joel et Ethan Coen (2010, 110 minutes)

Contenu du coffret Les Indiens :
Livre de 192 pages, incluant plus de 130 photos
6 DVD :
La Flèche brisée, de Delmer Daves (1950, 93 minutes)
La Prisonnière du désert, de John Ford (1956, 120 minutes)
Soldat Bleu, de Ralph Nelson (1970, 112 minutes)
Little Big Man, d’Arthur Penn (1970, 149 minutes)
Jeremiah Johnson, de Sydney Pollack (1972, 108 minutes)
Danse avec les loups, de Kevin Costner (1990, 181 minutes)

Date de parution : 15 mars 2018 Editeurs : GM Editions en association avec Carlotta – Auteur : Louis-Stéphane Ulysse – Deux livres de 192 pages – L 23,5 x H 28,5 cm